mercredi 5 octobre 2016

Une nuit comme tant d'autres — Chapitre 2 : Bougies

Emia détestait les rituels Souvains, à l'exception de celui du don de Rêve. Pour elle, c'était comme de l'hygiène, ou comme se nourrir : beaucoup de temps obligatoirement perdu dans des choses sans intérêt. Cette fois, elle avait tellement de retard qu'elle se trouvait presque contrainte à faire non seulement son rituel du don de Rêve, mais aussi celui de Connexion et celui de Mémoire. Le rituel de Rêve ne la contrariait pas trop, c'était un don qu'elle chérissait et qu'elle savait rare chez les Souvains. Si pratiquer un rituel par mois lui permettait de passer de meilleures nuits et de mieux maîtriser son don, cela lui semblait normal. En revanche, les rituels de Mémoire et de Connexion l'ennuyaient profondément. Ces deux dons étaient acquis chez tous les Souvains dès la naissance à part chez quelques enfants Défectueux, et Emia ne voyait pas grand intérêt dedans. Oui, la Mémoire et la Connexion étaient utiles et l'avaient même une fois bien arrangée après une erreur administrative qui avait failli lui coûter une punition, mais elle n'était pas douée pour les pratiquer et son travail de Rêveuse n'en avait aucunement besoin.
C'était une perte de temps. Mais peut-être pas seulement. Emia se rappela son après-midi et son aventure avec Claariée. C'était la Connexion qui les avait liées et qui avait permis à Claariée de la sentir d'aussi loin. Et ç'avait été agréable, dans un sens.
La Rêveuse demeura pensive quelques instants. Encore en pyjama et pourtant bien décidée à ressortir visiter les trois temples ce soir, elle s'assit en tailleur sur son lit et repensa à ses souvenirs liés à la Connexion. Deux ans auparavant, elle avait entretenu une relation de Connexion avec un Souvain un peu plus jeune qu'elle, Maern. À l'époque elle avait neuf ans, lui huit.
La relation avait été un désastre. La Connexion de Maern était écrasante, quasiment à sens unique. Emia avait extrêmement mal vécu cette relation. Étouffante, la Connexion de Maern avait commencé à empiéter sur le don de Rêve d'Emia, qui avait eu de plus en plus de mal à s'exprimer. Inquiète pour sa santé et terrorisée par une Connexion aussi forte chez un Souvain aussi jeune, Emia avait coupé le lien avec Maern rapidement. Leur Connexion s'était effacée en quelques jours et le don d'Emia était revenu à la normale rapidement. Après ça, Emia s'était promis de ne plus jamais se lier de Connexion romantique avec qui que ce soit.
Pourtant, elle sentait que c'était différent cette fois. La Connexion de Claariée était beaucoup plus douce et bien moins intrusive, et Emia se sentait capable d'y répondre. Malgré tout, elle restait contrariée et un peu déçue. Elle souhaitait pour une fois se lier de Rêve romantique, et pas de Connexion. Elle ne s'était jamais liée de Rêve, et elle voulait connaître la sensation, et même, pourquoi pas, construire quelque chose de durable sur plusieurs mois ou années.
C'est ces pensées en tête qu'Emia se releva. Elle se rhabilla, mit ses chaussures et sortit. En route vers les temples classiques, elle décida de mettre tous ses problèmes sentimentaux de côté pour l'instant. De toute façon, elle ne pouvait pas décemment revoir Claariée avant quelques jours et une grosse journée de travail l'attendait le lendemain.

Peu pressée d'arriver, la Rêveuse flâna en chemin. Elle profita du soleil couchant pour admirer de rares fleurs, contempla le ciel quelques instant et utilisa même sa Mémoire pour observer une vieille fontaine. Emia mémorisa ces éléments et décida de les inclure dans son prochain Rêve. Elle croisa de loin deux vieilles connaissances de son ancien travail à la Grande Rêverie mais les ignora, espérant qu'eux ne l'avaient pas vue.
Finalement arrivée devant le temple de Connexion, Emia se résigna à y entrer.

L'ambiance dans le temple était presque morbide. Pourtant généralement animé, berceau de la plupart des romances, le temple était vide et terne. Le soleil était trop bas pour éclairer par les fenêtres et le peu de lumière provenait de bougies bien trop peu nombreuses. En plus, à cette époque, en plein milieu de mois, presque personne ne pratiquait son rituel de Connexion. Emia ne remarqua qu'un vieux couple dans un coin, qui ne voulait pas être dérangé.
Le temple était formé d'une grande pièce principale où les Souvains se retrouvaient généralement en groupe avant d'accomplir leur rituel, dans laquelle on trouvait de très longues étagères remplies de petits sacs contenant les herbes du rituel. C'était dans cette pièce que la plupart des Connexions romantiques naissaient. Il était d'usage de venir ici quand on cherchait un partenaire pour se lier, et c'était ici qu'Emia avait rencontré Maern deux ans plus tôt.
La grande salle donnait sur un couloir qui permettait l'accès à douze chambres pour les rituels, dans lesquelles on trouvait simplement une chaise, un bol et une petite fontaine. Si l'on voulait plus de confort, il fallait apporter son propre matériel.

Emia s'approcha d'une étagère et y récupéra un des sacs sans faire très attention à son choix. Peu lui importait. Elle savait que certains Souvains prêtaient grande attention à la qualité de leurs herbes, notamment les gardes, mais pour elle ce n'était pas important. Elle se dirigea vers les chambres et constata qu'aucune n'était occupée. Elle pouvait donc occuper la deuxième, sa préférée. Maigre consolation, mais elle n'allait pas cracher dessus. La fontaine de cette chambre lui plaisait, elle représentait deux jeunes Souvaines en train de mimer un lien entre elles, comme les autres, mais celle-là ne donnait pas l'impression que le lien était une Connexion, alors Emia aimait y voir autre chose, un Rêve, une Mémoire, ou même un autre don qu'elle essayait d'imaginer.
Emia s'assit sur la chaise et soupira. Si les rituels n'étaient pas obligatoires, cela ferait longtemps qu'elle aurait laissé tomber ceux de Connexion et de Mémoire. Ils n'étaient même pas nécessaires à la survie des capacités liées, contrairement au rituel du don de Rêve.
Résignée, Emia commença l'infusion et s'ouvrit à la Connexion. Pendant plusieurs minutes, elle chercha autour d'elle la présence d'autres Souvains. Sans trop de difficulté, elle trouva le couple de l'entrée, puis avec quelques efforts, repéra un passant dehors. Ses capacités s'arrêtaient là.
Emia referma sa Connexion le temps de boire l'infusion d'herbes. L'amertume lui tira une grimace, mais rien de plus. L'infusion n'avait pas duré assez longtemps. Tant pis.
Une seconde fois, Emia s'ouvrit à la Connexion. L'effet de l'herbe se fit sentir immédiatement. Cette fois, elle sentit plusieurs dizaines de personnes. Presque instantanément elle retrouva le couple de l'entrée et se lia légèrement à eux involontairement, avant de se faire repousser. Elle retrouva le même passant dehors mais se rendit compte qu'il était accompagné par deux enfants qu'elle avait été incapable de remarquer la première fois. Elle trouva un groupe d'adolescents et voulu se faire remarquer mais n'y parvint pas. Montrer sa Connexion était une chose qu'Emia était incapable de faire, même sous l'effet de l'herbe. Elle n'en serait certainement jamais capable, surtout seule. Emia sentait cependant qu'elle avait beaucoup plus de facilités à trouver d'autres Souvains que d'habitude. C'était un progrès.
Après une interminable heure de recherche vagabonde d'êtres à ennuyer, Emia referma sa Connexion pour de bon. Enfin, le rituel était terminé.
Emia s'empressa de récupérer le sac d'herbes et sortit de la chambre. Elle rangea le sac à sa place sur l'étagère et, voulant souhaiter une bonne soirée au vieux couple, remarqua qu'il n'était plus là. Ça, sa Connexion ne l'avait pas remarqué.

Emia sortit du temple sans trop savoir comment elle se sentait. Elle était soulagée d'avoir enfin fini le rituel qu'elle détestait le plus, mais appréhendait encore celui de Mémoire. Elle était heureuse d'avoir fait des progrès sous l'effet de l'herbe, mais déçue de se rendre compte à quel point elle était incapable de maîtriser quoi que ce soit sans. Sans trop de conviction, elle décida que c'était plutôt un bon souvenir, pour un rituel de Connexion.

Le rituel de Mémoire fut beaucoup plus agréable pour Emia. Si en pratique il se déroulait de la même façon que celui de Connexion, Emia eut la chance de croiser une de ses amies lointaines dans le temple et put en profiter pour prendre des nouvelles d'elle et de ses enfants, de quoi se changer les idées efficacement. Aussi, Emia n'avait pas de mauvaises expériences liées à la Mémoire, ce qui la rendait beaucoup moins réticente à l'entraîner quand elle y était obligée. Encore, la Mémoire qu'avait Emia du temple était assez joyeuse. Quand elle arrivait à oublier les innombrables rituels qu'elle percevait, elle arrivait à distinguer quelques centaines de liaisons heureuses, mais surtout, une quantité invraisemblable d'évènement différents, à croire que le temple avait abrité l'ensemble de l'histoire Souvaine.
Tout cela lui donna l'occasion de passer un bon moment malgré le rituel, qu'elle put oublier rapidement.
Mieux encore, elle se rappela que sa prochaine étape était le temple du don de Rêve.

Emia quitta le temple de Mémoire en oubliant de saluer son amie et se dépêcha d'arriver au temple de Rêve. Il faisait déjà nuit et elle voulait quand même passer une nuit longue, même sans Rêve.

Le rituel de Rêve était différent des autres. C'était plus proche d'un entraînement académique à l'application du don. Le temple aussi était différent. Si le don de Rêve était incompris de la plupart des Souvains, les Rêveurs étaient quand même respectés et leur don aussi. Le temple du don de Rêve ne comportait qu'une seule gigantesque salle ronde dont les murs étaient tapissés d'œuvres exemplaires réalisées, selon la rumeur, par le premier couple de Rêveurs plusieurs millénaires auparavant. Emia le reconnaissait, bien qu'affichées comme de simples tapisseries, ces œuvres étaient d'une qualité incroyable, elle était incapable d'en faire de telles.
La grande salle était séparée en deux parties, l'une présentant plusieurs rangées de grandes tables pour travailler, et l'autre remplie à craquer d'affaires de dessin, d'écriture et de construction géométrique. En résumé, c'était un atelier géant à peu près organisé.
Emia avait souri tout le temps de la route entre les deux derniers temples, et souriait encore en entrant dans le dernier. Si elle n'aimait pas être forcée à pratiquer son don, elle adorait le pratiquer tout court, et faire le rituel ne l'ennuyait que sur le principe d'obligation.
Chaque mois, c'était la même chose. Emia rentrait dans le temple, s'émerveillait d'abord sur les œuvres tapissées plusieurs minutes puis quelques instants sur la quantité de matériel disponible avant de s'installer à une table. Elle se servit en papiers, plumes, encres et instruments et revint s'asseoir à sa table. Elle étala une grande feuille de papier devant elle et laissa son don s'exprimer.
Pour le rituel, les Rêveurs n'avaient pas besoin de sujet particulier. Le rituel consistait plus à tester des formes, des mélanges de couleurs, des phrases ou des personnages et voir si le résultat plaisait, même sans profondeur. Si le résultat semblait convenable au Rêveur, il gardait son travail, sinon, il pouvait recommencer autant qu'il le voulait.
Le rituel était, comme les autres, obligatoire, mais surtout nécessaire. Sans entraînement régulier, le don de Rêve risquait de diminuer, voire de se perdre entièrement, ce qui avait conduit à l'ouverture de boutiques d'œuvres comme la Grande Rêverie où Emia avait travaillé quelques mois, où l'on vend des œuvres de mauvaise qualité à des Rêveurs privés de leur don. Un commerce qu'Emia ne cautionnait plus.
Emia profitait de ses rituels obligatoires pour s'entraîner beaucoup. Elle craignait de perdre son don si elle ne le pratiquait pas assez et dans le doute avait une tendance à en faire trop, ce qui la rendait particulièrement douée. Elle passait à chaque fois plus de deux heures à expérimenter de nouvelles choses, à la recherche de Rêves toujours meilleurs.
Cette fois encore, Emia oublia l'heure, et, perdue dans ses expériences, ne se rendit pas compte de la nuit qui progressait avant d'apercevoir la lumière de la première lune par une des fenêtres. Stupéfaite, elle se dépêcha de finir sa dernière œuvre, ce qui lui prit plus de quinze minutes, avant de ranger vite les affaires qu'elle avait empruntées. Elle fit un tri rapide mais précis dans les œuvres qu'elle avait créées et choisit de n'en emporter que cinq.

Emia quitta le temple en oubliant d'éteindre les bougies derrière elle.

1 commentaire: